LE MARGINAL

La marge

la marge est une ride au front des villes
un pli dangereux de sa fougue
un ourlet à ses espoirs

quand on devine au patron de soi-même
le plan secret de sa présence
que d’autres ont conçu

la marge est une puanteur
un bris de verre qui déchire la nuit chaleureuse
de l’être et sa sécurité

quand le bruit de son pas contourné
trouble l’odieux sommeil des pierres
que d’autres ont conquis

et la marge est-elle qui ne vit qu’au détour de l’être
sur les rives de l’histoire ou le temps n’a de prise
que sur les étoiles

sans doute n’est-elle qu’un possible
une errance ravivant la crainte de sa fibre silencieuse
et la jalousie de ses chemins obscurs

sans doute mais qu’importe
émargez-moi

Laisser un commentaire