Mon etre a moi repris

Mon être à moi repris

le poème cessa d’être la voix nauséeuse et filée
partielle
de mon être à moi repris

et pourtant

que dire qui n’ait été dit
dans les cristaux du dictionnaire et les pelures de langue
où se perdent nos jours

que faire qui n’ait été fait
sur les chemins de pierre où traînent ceux que le vent sème
et sur l’avant des cortèges

car le triomphe et la honte sont une même couronne de plomb
pour qui vivre est le choix du poème
et de sa faiblesse
au canon de la société

et pourtant

ce rythme haut que chausse mon humeur et ma pensée
doit-il être un cercueil à l’orgueil d’être soi
qu’a mon cœur délaissé

sans doute il est des fautes plus périlleuses
qu’une aumône de papier
sans doute il est des voies plus tortueuses
qu’un pas sur le sentier
de l’autre

mais que dire et que faire et que sevrer de la joie pourtant sienne
si ce n’est ma teneur qui puise à ton encontre
sa verve et sa ferveur esclaves de ta liberté

Laisser un commentaire